Le comportement du chien en meute

Le chien en meute

Quand Emma et Baptiste se sont rencontrés, il avaient déjà chacun leur chien. Bouledogue français pour l'un, épagneul breton pour l'autre. Craspouille, le boul, dort dans le lit de son maître et est un gentil tyran. Fanny, la petite épagneule, est plutôt du genre timide. La cohabitation des 2 s'est donc plutôt bien passée, Craspouille ravi d'exercer ses pleins pouvoir sur une petite chienne qui se montre plutôt curieuse de ses manières très sans gêne, et qui, finalement, gagne un peu en assurance.

Bouledogue francais

Pour son anniversaire, Baptiste offre à Emma un adorable petit terrier du Tibet de 2 mois. Au début tout va bien, le chiot se fait plutôt bien accepter, même si les adultes marquent un peu plus leur besoin de présence par rapport à leur maître.

Gorak, le tibétain, a aujourd'hui 8 mois, et les choses se compliquent, surtout depuis que Fanny a été en chaleur. Les mâles se toisent, se tournent autour, se mettent la patte sur le dos, et parfois se battent sans pour autant se blesser. Emma est horrifiée, elle a sans cesse peur pour son petit Gorak, encore si jeune et si frêle comparé à Craspouille, qui devient de plus en plus difficile à gérer. Tout est de la faute de Baptiste, qui lui laisse toujours tout faire ! Alors Emma prend son petit terrier dans les bras, le câline et repousse sans ménagement le boul qui roule des mécaniques … Et les choses se compliquent …

Chien en meute

Voilà une excellente occasion de se pencher un peu sur le comportement d'une meute !

Une meute, quelle meute ?

Quand on parle de meute, on fait référence, comme d'habitude, aux loups dont la structure est parfaitement établie. Le couple dominant appelé Alpha, est seul à se reproduire. Ensuite vient le «beta», le prétendant au trône, puis les autres jeunes, les femelles et les bébés, avec en bout de chaîne un «oméga», souffre douleur de la bande. Tous sont des enfants des Alpha. C'est un résumé rapide et réducteur, mais l'essentiel est là.

L'idéologie de la meute de loups avec un fonctionnement clair et pyramidal tient du mythe quand on étudie nos chiens domestiques! Il existe un nombre considérable de schémas possibles, parce que les groupements de chiens dus à l'homme sont extrêmement variés. On parle de quoi? Meute de chiens de chasse ? De chiens de traîneau ? D'élevage, souvent constituée d'une même race avec beaucoup de membres d'une même famille ? De nos compagnons du quotidien, arrivés dans la famille au gré de nos envies ou de l'évolution de notre vie ? De chiens en pension qui se côtoient pendant une période donnée en étant déjà adultes ? Il est évident que chacun de ces groupes a une organisation propre.

Je ne m'étendrai pas sur la meute de chasse ou de traîneau, qui a un fonctionnement particulier. Mais si vous avez des questions les concernant n'hésitez pas !

Le sujet est si vaste et si complexe qu'il est impossible d'en faire le tour, surtout pas en un seul article! Pour aujourd'hui, j'aborderai les fonctionnements d'une meute... Quand tout va bien ! Cela me semble indispensable avant de pouvoir comprendre, la semaine prochaine, le rôle et l'interaction permanente de l'homme au sein de cette meute, et pourquoi, parfois, rien ne va plus !

C'est quoi la hiérarchie ?

Toute meute sous entend une hiérarchie, c'est indispensable. Et parce que savoir de quoi on parle aide à bien comprendre, loin de toute idée reçue, voyons la définition du mot :

Hiérarchie éthologique : notion d’organisation d’un groupe social au sein d’une même espèce.

Voilà, c'est aussi simple (et complexe) que ça ! Les animaux vivant ensemble doivent s'organiser afin de pouvoir cohabiter, ils instaurent une hiérarchie dans laquelle un leader sera à même de sécuriser le groupe, en échange de la soumission de chaque membre. Là encore il ne s'agit pas de voir dans le soumis un être faible ou prenant des coups, mais simplement un animal qui préfère être un suiveur, à l'abri de toute prise de décision !

Dsc 0259

Pourquoi une hiérarchie est-elle nécessaire?

A l'état sauvage, l'organisation de la meute est déterminante pour sa survie ( j'en ai parlé là : Mon chien est dominant !). Pas de possibilité de chasser ensemble si chacun fait ce qu'il veut !

Le chef de meute est là pour assurer la tranquillité de son groupe, il est le garant de sa sécurité et doit faire respecter les règles hiérarchiques.

Chez le chien la meute est imposée par l'homme, constituée de divers individus de tout âge, sexe, et pas forcément de la même famille. Les chiens ont donc dû s'adapter et surtout adapter leur comportement. Leur territoire et leur nourriture quotidienne sont imposés par l'homme, le choix de la reproduction aussi bien souvent. La hiérarchie n'est donc plus question de survie mais de cohabitation. Le code a changé !

Malgré tout le chien reste un animal social, et il est impératif qu'il se situe par rapport aux autres. C'est un être qui vit naturellement en groupe, avec une communication permanente et un ordre établi.

Combat de chiens

Comment se manifeste-elle ?

La communication entre chiens est multiple et très ritualisée. Elle passe bien sûr par tous les signaux d'apaisement (http://www.patteapatte.com/blog/article/un-signal-d-apaisement-c-est-quoi.html) que les chiens vont sans cesse utiliser entre eux, en réponse aux signaux tout aussi clairs de conflit, mais aussi par bon nombre de rituels.

Certains réflexes ataviques perdurent, les marques de soumission restent basées sur la nourriture, le territoire et la reproduction.

A l'état sauvage, le dominant mange le premier, et la meute doit lui apporter le résultat de la chasse. Aujourd'hui, les chiens n'ayant plus forcément accès à des proies, ils vont faire des offrandes d'une motte de terre, d'un bout de bois ou même d'une croquette au leader, qui l'acceptera comme étant son dû.

De même, le chef se couche aux endroits stratégiques, en plein passage, là où il pourra observer les accès, alors que les autres seront plus ou moins en retrait, selon leur statut.

Enfin, mimer une saillie explicite la position sociale d'un individu par rapport à l'autre, en référence au fameux couple Alpha qui seul peut se reproduire. Les chiens se grimpent donc dessus, quel que soit leur sexe, pour assurer leur supériorité, à tous les étages de la hiérarchie.

Chien profiteur un chien se tape un autre chien qui en train de se battre

Quelle place pour les individus au sein d'une meute ?

Aucune place n'est jamais acquise, et les positions de chacun évoluent au cours de leur vie. Et il ne s'agit pas que du leader, chaque chien a ses revendications !

Deux chiens de même sexe ne peuvent être de même niveau, l'un devra s'imposer par rapport à l'autre. Si les intimidations réciproques ne suffisent pas, il y a bagarre, là encore extrêmement ritualisée. En temps normal les chiens ne se blessent pas et leurs postures suffisent à indiquer leur renoncement. Le leader observe sans cesse le comportement de chaque individu, et n'hésite pas à intervenir pour calmer les esprits. Il n'est pas rare de le voir regarder l'action sans intervenir. C'est qu'il juge que l'équilibre est respecté et qu'il n'y a pas de danger pour l'ensemble de la meute !

Dsc 0239

L'organisation est complexe, et chaque chien a un rôle précis à jouer au sein du groupe. En dehors du leader, qui normalement a toutes les prérogatives, l'évolution est permanente et fluctuante. Un chien peut très clairement en dominer un autre concernant l'accès à la nourriture, mais se faire remettre en place par ce même comparse s'il essaye de passer devant lui pour garder le portail, par exemple !

De même on assiste généralement à une double échelle au sein de la meute, celle des mâles et celle des femelles !

Hiérarchie entre mâle, entre femelle

Un mâle se mêle rarement d'une prise de bec entre femelles, elle ne le concerne pas, et il se contente d'observer à distance. Une femelle ne va pas non plus le provoquer, les deux leaders cohabitent parfaitement, ayant même souvent des marques de déférence ou d'affection l'un pour l'autre. La hiérarchie chez les femelles est mouvante, perpétuellement remise en cause en fonction de l'âge et surtout des hormones !

Chez les mâles, c'est généralement la loi du plus fort qui l'emporte. Leurs places sont donc déterminées sur des périodes plus longues, jusqu'à ce que le plus jeune ait les moyens de ses ambitions ! Et il est fréquent qu'en cas de bagarre entre 2 mâles, la femelle leader vienne porter soutien à celui qu'elle juge le plus fort, à ce moment précis. Instinctivement, elle choisit le mâle le plus apte à se reproduire ...

Dsc 0862

Les phases plus sensibles dans l équilibre de la meute :

  • L' adolescence, entre 6 et 12 mois selon les races et les individus. Jusqu'à 4 mois, le chiot dispose d'un « permis », les adultes, même les plus susceptibles, sont particulièrement patients, et lui enseignent les bonnes attitudes à observer. En grandissant le jeune va chercher à atteindre les limites pour voir jusqu'où il peut aller trop loin. ! Il a perdu son droit de bébé, et les remises en place peuvent être impressionnantes s'il ne fait pas rapidement profil bas !

    Dsc 0241

  • La maturité sexuelle ou la présence d'une chienne en chaleur. La libération d'hormones va exacerber les ambitions de chacun. Le mâle Alpha qui a la primauté sur les femelles existe chez les loups, mais pas de manière systématique chez le chien. Même s'il arrive chez des éleveurs que des mâles ne peuvent reproduire en présence du leader, voire être infertiles, dans la plupart des cas, chacun est opérationnel et prêt à le faire savoir. Pour autant, les confrontations ne sont là encore pas automatiques, ni forcément génératrices de blessures, mais c'est souvent le moment choisi par le jeune mâle pour s'imposer.

    Il en va tout autrement pour les femelles. Généralement, leurs cycles vont se synchroniser sur celui de la dominante, mais cette période fait sérieusement monter la pression ! Si une femelle a un fort ascendant sur les autres, il est possible que cela perturbe fortement leur ovulation, voire la supprime. Mais pas leur nervosité ! Les chiennes se cherchent sans cesse, se montent, ne tiennent pas en place et l'équilibre est souvent rompu. La place de leader de la chienne est donc plus fragile que pour le mâle, et sans cesse reconsidérée. Pour autant, avec un peu d'observation, on se rend vite compte que ce sont elles qui ont le vrai pouvoir, notamment lorsqu'il s'agit de transmettre le savoir.

    Dsc 0214

  • La passation de pouvoir.

    A l'état sauvage, le chien vieux, faible ou malade est destitué et soit relégué au bas de l'échelle, soit exclu du groupe. Dans les 2 cas, il ne tarde pas à mourir. Auprès de l'homme, le chien est soigné et sa vieillesse rendue la plus douce et la plus longue possible. La cohabitation est donc beaucoup plus longue, et là encore le chien s'est magnifiquement adapté. Quand le leader se sent moins puissant, il va former son successeur, prendre le temps de lui apprendre les postures, les attitudes à adopter selon les circonstances, et c'est aussi magnifique qu'émouvant à observer ! Le pouvoir va ainsi changer de pattes, tout en douceur ! Mais parfois le jeune à les dents trop longues, ou pas de patience, ou n'est pas prêt, et l'ancien se révolte !

Et c'est une de ces fameuses causes où tout dérape, où des blessures peuvent apparaître et les chiens se mettre en danger ! Mais de cela il en sera question la semaine prochaine, ainsi et surtout que de la place de l'homme dans la meute !

En attendant, je vous conseille vivement de vous plonger dans le journal du Pli du Soleil http://www.lejournaldupli.fr/, extraordinaire blog tenu par une éleveuse retraitée de léonberg, qui photographie, observe et retranscrit avec beaucoup de finesse et d'humour, la vie de ses léo au quotidien !

A propos de léonberg, pardonnez moi si cet article est particulièrement illustré de ces doux géants, non pas qu'ils soient plus que d'autres aptes à la communication, mais simplement ils sont mon infinie source d'inspiration !

Dsc 0047

A la semaine prochaine !

le chien dominant comportement du chien le chien en meute sociabilisation du chien communication des chiens entre eux la meute de loup bagarre de chien

Commentaires (4)

jo
  • 1. jo | 13/01/2015
Laurence, comme toujours, je prends un grand plaisir à lire cet article. Et je ne me lasse pas non plus de lire et regarder le blog de Mme Buff.
Merci encore de nous faire partager ton savoir.
patteapatte
  • 2. patteapatte (site web) | 13/01/2015
merci beaucoup, c'est un plaisir de partager !
garnier
  • 3. garnier | 12/01/2015
j'ai hate de lire la suite ;) , la passation de pouvoir ! bisous
patteapatte
  • 4. patteapatte (site web) | 12/01/2015
Oh oui, tu es bien placée pour savoir de quoi l'on parle !

Ajouter un commentaire